Courants océaniques

   A cause du réchauffement climatique, les courants océaniques sont en train de se modifier. Les océans sont les principaux régulateurs du climat. En effet, ils stockent ou émettent une partie de l'énergie qu'ils reçoivent. De ce fait, les océans - dans les régions polaires - émettent de la chaleur et en absorbent dans les régions équatoriales. Une prévision des courants océaniques permet ainsi une meilleure prévision des fluctuations de chaleur à l'échelle locale tout comme à l'échelle globale.

     Cependant, comme tous les océans sont liés entre eux, pour établir un bon modèle de prévision des courants, il est nécessaire d'avoir des données abondantes dans tous les coins du monde - et surtout dans les zones clés telles que le passage de Drake qui fait le lien entre le courant circumpolaire antarctique, l'océan Atlantique et l'océan Pacifique -.  Comme les zones australes sont difficiles d'accès, les données ne sont pas assez abondantes.

    Qu'allons-nous étudier sur place ?

   Nous embarquerons à bord du voilier une sonde NKE STPS-300 qui nous permettra de mesurer la conductivité, la salinité et la température de l'eau. Cette sonde sera installée à la place de l'une des huit anodes sacrificielles du voilier. Elle sera donc en permanence dans l'eau et récoltera en permanence des données. Une fois l'expédition terminée, nous récupérerons la sonde afin de la donner à l'IFREMER (L'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer). Depuis leurs laboratoires en France, les scientifiques pourront récupérer les données amassées durant la traversée. Elles seront ensuite couplées avec de nombreuses autres données afin de créer ou d'améliorer les modèles de prévision des courants marins à l'échelle mondiale.

Par ailleurs, nous sommes en train de travailler avec l'IFREMER pour permettre au Podorange (notre voilier) d'accueillir, de façon permanente une sonde RBR CTD Concerto. Cette sonde, qui est également plus précise que la sonde NKE, permettra un suivi accru de la région sur plusieurs années. Cela permettra donc de suivre au cours du temps l'évolution des caractéristiques océaniques dans cette région peu fréquentée. Ce qui sera une véritable aubaine pour la communauté scientifique. 

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon